Les meilleurs festivals et événements populaires

Le Ball de les Coces est, sans aucun doute, le représentant le plus important de la culture populaire à Gósol, car il survit encore aujourd’hui.

Le Ball de les Coces n’est dansé que le jour du festival principal, le 15 août, et parfois aussi le 17 août.

Il est actuellement dansé par huit paires de garçons et de filles; en revanche, nous constatons qu’il y a environ vingt ans, il n’était dansé que par des hommes.

Fête du retour des cathares

Fête médiévale qui se souvient du passage des cathares ou des bons hommes à travers Gósol. Il a lieu le dernier week-end de juillet. Il y a plus de 700 ans, Gósol était une terre de cathares. C’était l’un des endroits où ils se cachaient de l’Inquisition et où plusieurs itinéraires sont maintenant rappelés son pas.

Parmi les événements les plus recommandés figurent les représentations théâtrales, les ateliers des métiers anciens et la montée de nuit au château de Gósol aux flambeaux.

Promenade populaire de la vallée du Gósol

Comme chaque année, le troisième dimanche de juillet, nous nous réunissons tous pour faire la Marche Gósol. Une promenade qui vient de loin, de 1988. Le secret de son événement n’est pas seulement né de son organisation scrupuleuse, mais d’avoir gagné l’implication émotionnelle de tout un peuple. Grâce à des connaisseurs courageux et déterminés du territoire, la Marche a réussi à faire marcher familles et amis, et en retour, fournir des ressources pour la mise en valeur du patrimoine comme l’aménagement de sentiers et de fontaines.

« Nous commencerons par monter en plein champ, puis une large forêt vous accueillera et vous remplira de senteurs de pins et de buis. Les moussons accompagneront vos pas de leurs chants. » Maintenant le chemin vous mènera près d’une source et pour se reposer, il vous donnera son eau fraîche.  »

Mossèn Ramon M. Anglerill (Mossèn Tronxo)

Aplec de Santa Margarida

Il a lieu le 20 juillet. L’ermitage est à environ 2 km du centre du village et les habitants du village montent ce jour-là en marchant jusqu’à l’ermitage où une messe est célébrée. Puis les joies sont chantées en l’honneur de Santa Margarida et la plupart des gens restent pour déjeuner autour de l’ermitage avec leur famille.

Fête de la récolte et de la batre

Elle est célébrée le deuxième dimanche d’août, quelques jours avant la Festa Major. L’événement principal est basé sur la récolte du blé du champ. Les gerbes sont ensuite fabriquées et transportées sur la Plaça Major où le blé est battu, la grange traditionnelle est fabriquée et moulue.

All Saints Fair

C’est une foire traditionnelle qui se tient le 31 octobre sur la Plaça Major et ses environs. Des gens de la région viennent en ville pour vendre et acheter des produits.

Foire-exposition gastronomique aux pois noirs de Gósol

Les pois noirs sont une variété de Gósol, cultivée à plus de 1 200 mètres et dont la production est réduite. C’est un légume de grande qualité que vous pouvez découvrir lors de ce salon.

De plus, en tant que cuisine typique du gosolana, vous pouvez déguster le maïs au carré et les pommes de terre masquées.

Els Pastorets de Gósol

Mgr Josep Maria Ballarín, fils adoptif et favori de Gósol

Josep Maria Ballarín (Barcelone 1920 – Berga 2016) était un aumônier et écrivain catalan, qui a choisi Gósol pour vivre les dernières années de sa vie. Une rue lui est dédiée.

«Dans le village, nous avons des gens de l’extérieur qui ont très bien fait pour nous sans bruit ni larmes. Et je ne parle pas de moi parce que dans ces villages l’aumônier qui vit là-bas, sans papier, est déjà un des beaucoup.

Je pourrais vous dire comment et avec quelle paix vous vivez à Gósol, trouver des gens que vous connaissez dans la rue, demander à un homme comment est sa saucisse, trouver une femme gentille qui vous apporte les premiers rovellons, quelqu’un d’autre qui ne vous emmènera pas une laitue.  »

Josep Maria Ballarín i Monset

Populaire et unique, controversé et prolifique, il a construit une vaste œuvre littéraire, avec des titres de grande répercussion dans les ventes tels que Mossèn Tronxo, inspiré par la figure du recteur de Gósol, Ramon M. Anglerill, et Santa Maria, pain de tous les jours , Prix Ramon Llull 1996. Son œuvre la plus présente dans le village est cependant une pièce très appréciée jouée à Noël, Els Pastorets de Gósol.

L’évêque Ballarín repose en paix au cimetière de Gósol, selon ses propres souhaits.