Vitamine N par nature

Vitamine N, par nature
Essentiel pour la croissance

Le journaliste américain Richard Louv évoque dans son livre Last child in the woods la carence en «vitamine N, nature», essentielle au développement cognitif des créatures. Une réflexion qui découle d’une situation dont il existe au Royaume-Uni des données: seul 1 enfant sur 10 vit en contact avec la nature. Louv défend ce pouvoir nourrissant de la nature en expliquant, par exemple, que les plus grands génies de l’histoire ont été en contact avec la nature pendant l’enfance.

Richard Louv puisait dans les souvenirs de cette enfance perdue des maisons dans les arbres et des huttes dans les bois. Il a comparé son expérience à celle des enfants de la «génération Nintendo», de la voiture aux activités parascolaires, des consoles de jeux vidéo aux téléphones portables, et s’est rendu compte que l’enfance avant était non seulement plus aventureuse et amusante, mais aussi plus saine. L’obésité, la dépression ou l’hyperactivité – de plus en plus fréquentes chez les enfants – sont, selon lui, des symptômes du «déficit d’attention à la nature». Louv pense qu’il ne s’agit pas d’une nouvelle maladie qui peut être traitée avec des médicaments, mais d’un trouble social. Et il réfléchit en faisant une comparaison avec des animaux qui sont enfermés dans un zoo, ont perdu leur liberté et souffrent d’une série de maux pour les avoir sortis de leur habitat naturel. Le journaliste insiste sur le fait que face à ces maux, il n’y a qu’un seul remède possible: la vitamine N, par nature.

Article publié dans le journal Ara